Главная | Обратная связь
МегаЛекции

III. Mesures non tarifaires a l’exemple du commerce des produits





Agricoles

 

Les négociations multilatérales sur le commerce du Cycle d’Uruguay et les accords sur les obstacles techniques au commerce et les mesures sanitaires et phytosanitaires ont placé les échanges de denrées alimentaires et de produits agricoles dans un environnement nouveau qui est de plus en plus gouverné par des mesures non tarifaires.

 

 

Faciliter le commerce

Le commerce international s’est accru de manière spectaculaire au cours des 30 dernières années et a contribué à relever le produit intérieur brut (PIB), y compris celui des pays en développement. Les accords de l’OMC sur les mesures sanitaires et phytosanitaires et sur les obstacles techniques au commerce définissent des critères permettant de faire la distinction entre obstacles justifiés et non justifiés au commerce. Le GATT/OMC a été saisi d’un nombre croissant de notifications concernant des mesures techniques, suscitées par la prolifération de mesures non tarifaires introduites durant les 20 dernières années, notamment dans les pays développés, et par la multiplicité des normes appliquées par les partenaires commerciaux (voir les Figures 1 et 2).

Ces mesures peuvent avoir des répercussions très vastes

Les mesures non tarifaires touchent nombre de denrées alimentaires et de produits agricoles et ont des effets majeurs sur les recettes d’exportation. En 1996, l’USDA a estimé que les mesures non tarifaires ont réduit la valeur des exportations américaines de près de 5 milliards de dollars EU. En pourcentage du PIB national, les effets de ces mesures sur les pays en développement pourraient se révéler encore plus importants.

Un autre exemple est apporté par une étude de la Banque mondiale selon laquelle une norme européenne stricte – qui autorise une teneur maximale de 4 ppM d’aflatoxines dans les céréales, les fruits secs et les fruits à coque directement destinés à la consommation humaine – réduirait de 64 pour cent, soit 670 millions de dollars EU, la valeur des exportations africaines correspondantes alors que la norme du Codex Alimentarius est fixée à une teneur maximale bien plus souple de 15 ppM. Par comparaison avec le Codex, on estime que la norme européenne permet de réduire de 1,4 par milliard et par an le nombre de décès imputables à des cancers consécutifs à l’ingestion d’aflatoxines.

Quelques faits essentiels

· Entre juin 1996 et juin 1997, les États-Unis d´Amerique ont rejeté en moyenne 3 pour cent du volume total des importations de denrées alimentaires en provenance de pays en développement en raison de niveaux inacceptables d’additifs alimentaires.

· Pour certains des pays les moins avancés, le coût du respect des obligations liées aux mesures sanitaires et phytosanitaires peut être supérieur au budget public de développement, toutes dépenses confondues.

· À l’occasion d’une enquête réalisée en 2000 auprès des pays en développement membres du Codex et/ou de l’ISO, 81 pour cent des personnes interrogées ont estimé que la part prise par leurs pays aux travaux des organisations internationales de normalisation était insuffisante pour satisfaire les besoins de leur pays/organisation.



· Au cours des réunions ordinaires du Comité SPS, 105 requêtes spécifiquement liées au commerce ont été discutées : 27 concernaient la sécurité sanitaire des denrées alimentaires, 38 la santé animale, 37 la santé des végétaux, et 3 touchaient à d’autres aspects sanitaires et phytosanitaires.

· Plus des deux tiers des notifications concernant des mesures SPS émanent de pays de l’OCDE, et plus de la moitié d’entre elles ont trait à la sécurité sanitaire des denrées alimentaires.

Le protection des consommateurs: veiller à la santé végétale et animale

Les accords de l’OMC sur les mesures sanitaires et phytosanitaires et sur les obstacles techniques au commerce autorisent les pays à se doter de mesures appropriées pour garantir la santé humaine, végétale et animale (Figure 3). Pour réduire les coûts de mise en application et réduire les differends, les pays sont encouragés à fonder leurs normes et réglementations techniques intérieures sur celles élaborées par les organisations internationales, notamment la Commission conjointe FAO/OMS du Codex Alimentarius pour la sécurité sanitaire des aliments, l’Office international des épizooties (OIE) pour la santé animale, et la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) pour la santé végétale. Les accords de l’OMC les autorisent en outre à adopter des mesures plus rigoureuses si une évaluation des risques permet de le justifier scientifiquement.

Participation à la définition des normes

Les pays en développement doivent participer pleinement aux processus de définition des normes pour veiller à ce que leurs besoins spécifiques soient pris en compte dans les normes internationales.

La FAO et l’OMS ont créé un fonds fiduciaire pour élargir et renforcer la participation des pays en développement aux travaux du Codex. La FAO a également constitué un fond spécial au titre de la CIPV pour permettre à davantage de délégués des pays en développement de participer aux réunions et sessions de formation sur la définition et l’application de normes.

Accès à l’information

Pour être à même de respecter ces mesures non tarifaires et faciliter les échanges internationaux, les pays doivent avoir accès à une vaste gamme d’informations concernant les normes, réglementations et autres mesures nationales et internationales. La FAO assume la direction d’une initiative interinstitutions à laquelle participent le Codex, la CIPV, l’OIE et l’OMC qui vise à créer un portail Internet offrant un point d’accès unique à l’ensemble de ces informations.

Outils de développement des échanges

La FAO et ses partenaires s’emploient à élaborer des lignes directrices, des manuels et des supports de formation pour aider les pays membres à satisfaire les obligations résultant des accords sur les mesures sanitaires et phytosanitaires et les obstacles techniques au commerce. Des conférences et des ateliers nationaux, régionaux et internationaux et des projets de terrain les préparent à participer à la définition des normes et à respecter les mesures non tarifaires.

 


IV. Conclusion

 

Le rôle des obstacles non tarifaires dans le commerce mondial est trop grand. On ne cesse de parler de la mondialisation, mais dans la réalité, l’économie mondiale est encore loin du modèle idéal d’un marché sans obstacles, débarrassé de toute entrave aux échanges.

Parmi les mesures spécifiques examinées, on peut citer les interdictions et les quotas, les régimes de licences d’importation non automatiques, les redevances et impositions douanières ou encore les restrictions à l’exportation.  En ce qui concerne les échanges de biens, les obstacles non tarifaires érigés aux frontières et à l’intérieur des pays ont été abaissés de manière considérable au fil des négociations commerciales successives, mais il reste encore à faire.

À la suite de l'étude faite on peut faire les conclusions suivantes :

1. L'utilisation des mesures non tarifaires, qui sont plus caché, que de restrictions tarifaires, fait aux pays de l'avantage dans le réglage du commerce extérieur

2. Dans le travail on élabore la classification des restrictions non tarifaires. La plus connue est la classification selon l´Organisation mondiale du commerce

3. Sur d'aujourd'hui le réglage non tarifaire du commerce extérieur est le mécanisme récupéré

4. Quant aux pays en développement, il est nécessaire:

- Permettre aux pays en développement de prendre part à la définition des normes afin qu’ils participent pleinement au commerce mondial;

- Fournir aux pays en développement l’information, la formation et les ressources nécessaires pour satisfaire les nouvelles normes et réglementations qui régissent leurs exportations;

- Veiller à ce que les mesures non tarifaires soient conformes aux accords sur les mesures sanitaires et phytosanitaires et les obstacles techniques au commerce.

5. Dans le domaine des échanges agricoles, les mesures non tarifaires constituent une question de plus en plus épineuse. Le grand problème est d’arriver à déterminer quand une mesure non tarifaire – telle que l’imposition de contingents ou de mesures antidumping – est légitime et quand elle constitue une tentative de protectionnisme déguisé. Une chose est claire : le nombre de mesures non tarifaires appliquées par les membres du GATT/OMC a fortement augmenté au cours des 20 dernières années. Les nouvelles notifications sont passées de moins de 200 en 1995 à quelque 400 en 1999, lorsque les pays ont commencé à appliquer les engagements pris lors du Cycle d’Uruguay. Toutefois, une partie au moins de cet accroissement est dû aux progrès accomplis en matière de transparence grâce à la généralisation des règles exigeant la notification des nouvelles mesures non tarifaires. Pendant la période 1995-1999, ce sont les pays à haut revenu qui ont notifié le plus de nouvelles mesures techniques bien qu’ils ne représentent qu’une part relativement faible du nombre total des membres de l’OMC.


V. Bibliographie

1) BOREL François-Xavier, CHEN Kuo, MALIZIA Franck. L`article “L'OMC face aux barrières non tarifaires”. // Economie Internationale et Intégration Européenne, 2005.

2) Dictionary of Trade Terms - Inter-American Development Bank(grupobid.org/research/Tradedictionary/term_desc.cfm?language=English&id=1293 - 55k –).

3) Giovanni Facchini, Johannes Van Biesebroeck, Gerald Willmann (2006).// Revue canadienne d'économique/ Volume 39 Issue 3 Page 845-873, August/aout 2006.

4) Guidebook from the Forum Fisheries Agency, mai 2007 (seulement en anglais).
http://www.ffa.int/node/891.

5)  Économie internationale 2001- 3 (no 87)| ISSN 1240-8095 | ISSN numérique : en cours | ISBN : | page 63 à 87.

6) OCDE (2005), "Analyse des obstacles non tarifaires touchant les pays en développement", Documents de travail de l'OCDE sur la politique commerciale, No. 16, Éditions OCDE. doi:10.1787/220725547807

7) Review of World Economics/ Springer Berlin / Heidelberg/1610-2878 (Print) 1610-2886 (Online), Volume 115, Number 2, DOI: 10.1007/BF02696332,p. 315-324.

8) Pêche : accès au marché, aspects tarifaires et non tarifaires : analyses proposées par d'autres observateurs/ Le sous-comité de la FAO sur le commerce du poisson : dixième session, Santiago de Compostelle, Espagne, 30 mai 2006 - 2 juin 2006.

9) http: //www.fao.org/( Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

10) http: //fr.wikipedia.org/

 





Рекомендуемые страницы:

Воспользуйтесь поиском по сайту:
©2015- 2019 megalektsii.ru Все материалы представленные на сайте исключительно с целью ознакомления читателями и не преследуют коммерческих целей или нарушение авторских прав.